Victor Lange de PGA TOUR Latinoamérica discute de son expérience avec le coronavirus et la quarantaine


Le samedi 14 mars, Gabriella s’est blessée à l’orteil et lui a arraché l’ongle d’orteil. Nous pensions que son orteil pourrait être cassé, alors je l’ai emmenée aux urgences tôt ce soir-là. Une fois à l’hôpital, à cause de ce qui se passait, nous avons tous deux été dépistés pour le coronavirus et ils ont posé un tas de questions sur les symptômes, tels que la toux, la fièvre, les éternuements, ce genre de choses. Nous avons dit non à tous ceux-là, mais quand ils ont demandé si nous étions sortis du pays au cours des 21 derniers jours, j’ai dû dire oui. La politique de l’hôpital exigeait que je reçoive un test de coronavirus.

Je comprenais totalement l’inquiétude, mais c’était en fait assez frustrant parce que l’orteil de Gabriella était blessé, et c’était comme si j’étais le patient même si je prenais sa à l’hôpital. Ils me vérifiaient avant de l’aider, celle qui souffrait. Ajouté à ma frustration, je n’avais aucun symptôme, je me sentais en bonne santé et essayais de les amener à prendre soin de Gabriella. Ils m’ont dit que les résultats des tests arriveraient dans un jour ou deux.

Nous sommes revenus à Durban le 15 mars et comme nous étions fatigués du voyage, nous avons dormi mardi et passé la journée à la maison. J’étais assise sur le canapé avec Gabriella, avec mes parents – Richard et Suzette – à proximité quand j’ai reçu cet appel téléphonique d’un numéro aléatoire. Je suis entré dans une autre pièce pour prendre l’appel, et un médecin m’a dit qu’elle avait mes résultats de test de coronavirus devant elle et qu’ils étaient revenus positifs.

Encore une fois, je n’ai montré aucun symptôme et j’ai été très surpris. “Êtes-vous sûr d’avoir fait le test correctement?” J’ai demandé.

“Alors qu’est-ce que je fais?” J’ai demandé et le médecin m’a dit de garder la tête froide, comprenant que j’avais été en contact avec Gabriella et mes parents. Nous avons tous dû être mis en quarantaine pendant 14 jours, et à ce moment-là, peu importait vraiment que Gabriella ou mes parents soient testés. Ils avaient été dénoncés et on leur avait essentiellement ordonné de se mettre également en quarantaine.

Avec le recul, Gabriella et moi avons depuis réalisé que si elle ne s’était pas blessée à l’orteil, nous n’aurions jamais découvert mon test positif car aucun de nous n’avait de symptômes. Nous serions rentrés à la maison et aurions été à proximité de ma famille et de Gabriella. Elle vit avec son frère, sa belle-sœur et leur bébé de 7 mois. Nous serions tous les deux allés chez nous et aurions probablement infecté nos familles.

Après mon diagnostic, mon premier appel téléphonique a été adressé à mon copain Martin Rowher, l’un de mes amis proches et un golfeur professionnel sur le Sunshine Tour. J’avais fait une course de 5 km avec lui dimanche. C’était mon premier coup de téléphone parce que nous avions couru ensemble et transpiré ensemble. Après cela, nous avons informé toutes les personnes qui étaient venues avec nous en vacances, et j’ai envoyé un e-mail à Claudio Rivas du personnel de PGA TOUR Latinoamérica, pour le lui faire savoir. J’ai également parlé avec Patrick Newcomb, avec qui j’ai logé à Mazatlan, Matt Ryan et Brian Hughes. Je voulais m’assurer que tous ceux avec qui j’étais en contact étroit le savaient, et le TOUR m’a dit qu’il enverrait un message à tous les joueurs et au personnel. J’ai beaucoup apprécié cela parce que je voulais que tout le monde soit au courant de ce qui se passait.

Depuis cet appel téléphonique avec le médecin, je me sens bien. J’ai aussi repensé à la façon dont j’ai pu contracter ce virus. Je ne pense pas l’avoir obtenu au Mexique, mais je pense que c’était probablement dans l’un des aéroports sur le chemin du retour vers l’Afrique du Sud ou peut-être dans l’avion en raison du risque plus élevé associé aux voyages en avion et à l’air filtré et circulé un espace clos. Si une personne l’a sur un vol, il y a de fortes chances que tout le monde le prenne. Mais ce ne sont que des spéculations. J’aurais pu l’obtenir en Afrique du Sud dans un restaurant. Qui sait?

J’ai certainement dû trouver des moyens de m’occuper pendant cette période de quarantaine. Au cours des premiers jours, j’étais en contact avec tant de gens pour leur faire savoir ce qui s’était passé. Puis mon histoire a fait la une des journaux et les gens m’envoyaient des messages. J’ai également fini par parler à plusieurs médias. C’était une histoire assez importante ici en Afrique du Sud, donc mes deux premières journées de quarantaine ont été assez mouvementées. J’ai apprécié l’intérêt et j’ai eu l’impression que les médias utilisaient mon histoire pour répandre un peu d’aisance parmi le public, que j’avais la maladie, mais je me sentais bien. Le message dans chaque histoire à laquelle j’ai participé était que je fais ce que les professionnels de la santé me disaient de faire, donc dans ce sens, c’était une bonne histoire qui a peut-être rassuré les gens, ce qui n’est pas une mauvaise chose.

Depuis cette précipitation initiale, je suis entré dans une sorte de routine. Je m’entraîne chaque jour, faisant la même chose que font aussi des amis qui sont des golfeurs professionnels. À la fin de nos séances d’entraînement, nous devons tous faire une petite vidéo que nous publions qui prouve que nous l’avons fait. Entre les deux, je me repose également beaucoup.