PGA Tour: Double bogey voit Danny Lee tomber au quatrième rang à Arnold Palmer Invitational


Danny Lee de Nouvelle-Zélande, frappe du premier fairway lors de la troisième ronde du tournoi de golf Arnold Palmer Invitational.

Phelan M. Ebenhack

Danny Lee de Nouvelle-Zélande, frappe du premier fairway lors de la troisième ronde du tournoi de golf Arnold Palmer Invitational.

Un double bogey désastreux au 18e trou a vu le Néo-Zélandais Danny Lee chuter à une part de la quatrième place après le troisième tour de l’Arnold Palmer Invitational.

Le golfeur de Kiwi avait été à un coup derrière les leaders Tyrrell Hatton et Sung Kang après avoir tiré 67 au deuxième tour vendredi (heure du samedi NZ), mais il n’a pu cartonner que 75 à Bay Hill en Floride samedi (heure du dimanche NZ).

Lee était sous le total après trois tours, trois coups derrière le leader Hatton.

Le Kiwi de 29 ans – qui a gagné 20 millions de dollars (12,8 millions de dollars sur le circuit de la PGA) – est à égalité pour la quatrième place avec Christian Bezuidenhout (Afrique du Sud), Sungjae Im (Corée) et Harris English (États-Unis). ).

LIRE LA SUITE:
* Woods blessé manquera les Champs des joueurs
* Traumatisme photo nu du golfeur
* Un golfeur de Kiwi trouve des clubs volés
* Pro chevronné en territoire familier

Lee était à égalité en tête après le 12 quand il est sorti de derrière un arbre pour un birdie.

Il avait un bogey le 15 avant de se racheter avec un birdie sur le trou suivant, mais il a perdu le chemin avec son double bogey le 18, prenant six coups sur le trou à normale quatre après avoir frappé son deuxième coup dans un obstacle d’eau, résultant en pénalité d’un coup.

L'Angleterre, Tyrrell Hatton, prend la tête du classement sur Arnold Palmer Invitational.

Phelan M. Ebenhack

L’Angleterre, Tyrrell Hatton, prend la tête du classement sur Arnold Palmer Invitational.

Hatton a une avance de deux coups au total sur Rory McIlroy et Marc Leishman après avoir tiré 73 au troisième tour.

Kang a chuté à la huitième place après avoir tiré 78 suite à des triple bogeys sur les 11e et 18e verts.

L’Associated Press (AP) a rapporté que Hatton a fait un putt de birdie de 30 pieds sur le trou final pour un 1-sur 73 pour terminer la journée la plus brutale à Bay Hill en 37 ans.

Dimanche (lundi) n’est peut-être pas un sursis. Plus de vent et pas de pluie sont dans les prévisions. Les verts sont passés de fermes à durs. Il a créé un test qui ressemble plus à un US Open en juin qu’à un swing en Floride en mars.

Hatton a eu une course folle à la fin, car les températures ressemblaient au milieu des années 50 avec le vent. Il avait un pair sur ses cinq derniers trous _ birdie-bogey-bogey-birdie _ avant de pousser son poing en l’air lorsque le putt final est tombé.

L’Anglais était à 6 sous les 210, le plus haut score de 54 trous à mener à Bay Hill depuis Ben Crenshaw en 1993.

Max Homa a joué tôt – aucun avantage ce jour-là avec du vent et de l’air froid qui ressemblaient plus à la côte ouest – et a fait un double bogey au 18e trou qui a ruiné une ronde formidable. Il devait se contenter de 70. À la fin de la journée, c’était le seul score sous le pair.

Le score moyen était de 75,91, le plus haut de tous les rounds à Bay Hill puisqu’il était de 76,29 au deuxième tour en 1983. C’était le plus haut round à Bay Hill après la coupe puisqu’il était de 78,84 lors de la finale de 1980. Cela aussi était la dernière fois, personne n’a cassé 70.

Palmer a adoré un test difficile et aurait sûrement donné un coup de pouce à cette journée.

Quant aux joueurs? Cela dépend de qui a été interrogé, et en particulier de ce qu’ils ont tiré.

Brooks Koepka a joué ses quatre derniers trous au pair pour un 81, son meilleur score sur le PGA Tour, dépassant les 80 qu’il a tirés au deuxième tour à Muirfield lors du British Open 2013.

Patrick Reed, qui a commencé la journée avec trois tirs hors de la tête, était toujours dans le mixage jusqu’à deux tirs dans l’obstacle au 11e trou pour un triple bogey. Il a fait trois coups roulés pour un double bogey le 15. Et puis c’est devenu moche sur le 16e par-5 quand son deuxième coup de feu d’un bunker a traversé un arbre et dans l’eau.

Alors qu’il prenait sa goutte, un homme a crié: “Ne le frappe pas dans l’eau, tricheur.” La police a expulsé le ventilateur du cours. Reed a fait bogey, bogey les deux suivants et a tiré 80. Ce n’était que sa quatrième ronde en carrière dans les années 80.

Il y avait du carnage partout.

Seuls huit joueurs sont restés sous le pair.

Leishman a rarement été plus excité avec une ronde à égalité _ deux bogeys, deux birdies, 14 pars. Il devait s’assurer que c’était ce qu’il marquait.

“J’ai en fait ajouté mon score et j’ai en quelque sorte fait une double prise”, a déclaré Leishman. “Il s’élevait à 72 et j’avais l’impression d’en avoir tiré 65. Donc oui, c’était vraiment difficile. Les greens étaient fermes, rapides. C’était exactement comme ça que vous vouliez que le terrain de golf joue. Vraiment. j’espère que je pourrai jouer à nouveau comme ça demain. “