Les 20 meilleurs scores en trou simple de l’histoire du PGA Tour


Vous pensez que ce bonhomme de neige qui vient de figurer sur votre carte de score est mauvais?



John Daly debout devant une foule


© Fourni par Golfweek


Il y a eu des scores bien pires – même de la part des professionnels du PGA Tour.

Cette liste examine de plus près les nombres les plus élevés jamais publiés lors d’événements officiels. Certains des noms peuvent vous surprendre, certains peuvent être des golfeurs dont vous n’avez jamais entendu parler et certains d’entre eux vous feront probablement dire «Oh, oui. Je me souviens que.’

Cette liste est basée sur les données du PGA Tour. Sans plus tarder, ce sont les 20 scores de trou unique les plus élevés de l’histoire et les noms des pros qui les possèdent.

1. Tommy Armor



Tommy Armour et al. qui se tiennent dans l'herbe


© Fourni par Golfweek


(Augusta National / Getty Images)

Tournoi: 1927 Shawnee Open, Shawnee CC.

Trou: 17.

Au fil de l’histoire, Tommy Armor a battu 10-10! – balles hors limites sur le par-17 le 17 sur son chemin vers un légendaire “Archaeopteryx” (15 ou plus au-dessus du pair).

But: 23.

T-2. Hans Merrell



une plage à côté d'un plan d'eau: Cypress Point Club, Pebble Beach, Californie; N ° 2 sur Golfweek’s Best: Classic Courses, 2016


© Fourni par Golfweek
Cypress Point Club, Pebble Beach, Californie; N ° 2 sur Golfweek’s Best: Classic Courses, 2016

16e trou, Cypress Point Club, Pebble Beach, Californie.

Tournoi: 1959 Bing Crosby National Pro-Am, Cypress Point Club.

Trou: 16.

Hans Merrell n’était qu’un simple instructeur de golf, jouant dans le Bing Crosby National Pro-Am (la première année, il s’appelait ainsi) – jusqu’à son arrivée au 16e trou. Hans n’a pas réussi à transporter les quelque 200 mètres nécessaires pour atterrir sur le par 3, mais a trouvé la végétation végétale de glace redoutée sur le flanc de la colline. De là, ce n’était pas joli.

But: 19.

T-2. Dale Douglass



un homme debout au sommet d'un champ couvert d'herbe


© Fourni par Golfweek


(Photo de Chris Condon / PGA)

Tournoi: 1963 Bing Crosby National Pro-Am, Pebble Beach GL.

Trou: dix.

Le Bing Crosby National Pro-Am était implacable en marquant des moyennes dans la journée. Quelques années seulement après le 19e anniversaire de Merrell, Dale Douglass est arrivé au 10e trou de départ et s’est éloigné. Son coup de feu a atterri sur la plage, et quand il est finalement sorti du sable, il était couché 14. Cinq coups de feu plus tard, Douglass était dans le trou.

Scores: 19.

T-2. Ray Ainsley



Cherry Hills Top 100 cours aux États-Unis


© Fourni par Golfweek
Cherry Hills Top 100 cours aux États-Unis

Cherry Hills Country Club à Denver.

Tournoi: 1938 U.S.Open, Cherry Hills CC.

Trou: 16

Le golf de championnat majeur est un test sous pression pour chaque golfeur qui le joue. Cependant, ne pas comprendre complètement les règles rend les choses plus difficiles. Ray Ainsley l’a jeté à l’eau sur le 16e par-4 lors de l’US Open de 1938, puis a tenté de le faire sortir de l’eau (à plusieurs reprises). Finalement, il a appris qu’un joueur pouvait prendre une goutte de ce type de danger.

Scores: 19.

3. John Daly



une personne jouant au golf dans un champ


© Fourni par Golfweek


John Daly

Tournoi: 1998 Bay Hill Invitational, Bay Hill Club.

Trou: 6.

On s’attend presque à ce que John Daly – le pionnier de «Grip it and Rip it» – soit sur cette liste (plus d’une fois). Les aventures de Daly sur le sixième trou par-5 à Bay Hill en 1998 étaient quelque chose que vous vous attendez à voir dans un film. Sa conduite s’est retrouvée dans l’eau, tout comme les cinq tentatives suivantes pour éliminer le danger avec un bois de parcours. Après quelques mésaventures de plus, Daly a finalement mis fin.

But: 18.

4. George Bayer



un groupe de personnes debout devant une foule


© Fourni par Golfweek


George Bayer présenté au Masters Golf Tournament à Augusta, Géorgie, avril 1965.

Tournoi: 1957 Kentucky Derby Open, Seneca GC.

Trou: 17.

George Bayer est un conte intéressant. Le grand homme de Bremerton, Washington, était une star du football à l’Université de Washington et a été repêché par les Washington Redskins. Après sa carrière de footballeur, il a commencé le golf. À 29 ans, il a eu un certain succès, mais c’est le Kentucky Derby Open de 1957 qui l’a fait atterrir dans le “Quoi?!” section de l’histoire du golf. L’affichage original de la «Tin Cup», Bayer, prétendument bouleversé par son jeu, a ébréché le ballon le 17 avec un fer à repasser à 7. Il a ensuite été condamné à une amende par le PGA Tour.

But: 17.

T-5. Kevin Na



une personne tenant une batte de baseball


© Fourni par Golfweek


Ray Carlin-USA TODAY Sports

Tournoi: 2011 Valero Texas Open, TPC San Antonio.

Trou: 9.

La technologie met en évidence ce point particulier dans la tradition du golf: les malheurs de Kevin Na au neuvième par-4 au TPC San Antonio ont été non seulement télévisés, mais il était également le micro pour cette manche. Son coup de départ a atterri dans les bois, et de là, c’était une folie après l’autre – y compris une bouffée et même une tentative de gaucher. Quand il a coulé son (et seulement) putt, Na a mis fin à sa misère. L’année suivante, il retournerait dans la zone du fairway armé d’une tronçonneuse pour faire un peu d’entretien ménager léger.

But: 16.

T-5. Gary McCord



une personne qui parle sur un téléphone portable


© Fourni par Golfweek


David Feherty et Gary McCord au premier tee lors de la Coupe Tavistock 2013 au Isleworth Country Club.

Tournoi: 1986 Federal Express St. Jude Classic, Colonial CC (Sud).

Trou: 16.

L’annonceur de golf de longue date a vécu son propre moment «Tin Cup» – mais avec une touche. Lors de la Classique de St. Jude en 1986, McCord a lancé cinq coups d’approche consécutifs dans l’eau, puis – enfin – il a réalisé qu’un fer à 4 n’était pas le club qu’il voulait frapper. Son fer à repasser 3 a fait l’affaire, et il a terminé le trou drainant un dur 25 pieds.

But: 16.

T-5. Ed Oliver



Ben Hogan, Bobby Jones posant pour une photo


© Fourni par Golfweek


Photo AP

Tournoi: 1954 Bing Crosby Pro-Am, Cypress Point CC.

Trou: 16.

Le Bing Crosby Pro-Am – et le perfide n ° 16 – frappe à nouveau! Ed «Porky» Oliver (photo, à l’extrême droite), qui a remporté le tournoi en 1940, est monté au tee-shirt sur le par-16, face à des rafales de vent signalées de 50 milles. Mère nature s’est avérée trop pour Oliver.

But: 16.

T-6. Bill Collins



un arbre au milieu d'un champ


© Fourni par Golfweek


Photo de Jack Riddle / The Denver Post

Tournoi: 1958 Denver Open, Wellshire GC.

Trou: 17.

Dans sa première année en tant que pro, Bill Collins s’est fait un nom, mais ce n’était pas exactement la façon dont un golfeur voudrait être gravé dans l’histoire. Les mésaventures de Collins sur le 17ème par-4 au Wellshire GC en 1958 se sont finalement terminées avec le quadruple vainqueur du PGA Tour qui a obtenu quelque chose de bien supérieur au pair.

But: 15.

T-6. Tissus Herman



un gros plan d'un champ vert luxuriant: Le 123 verges par 3, 8e trou nommé le «timbre-poste» à Royal Troon.


© Fourni par Golfweek
Le 123 verges par 3, 8e trou nommé le «timbre-poste» à Royal Troon.

Le 123 verges par 3, 8e trou nommé le «timbre-poste» à Royal Troon.

Tournoi: 1950 British Open, Old Course à Royal Troon.

Trou: 8.

Le huitième trou à Royal Troon – connu sous le nom de «Timbre-poste» en raison du petit vert – a longtemps été considéré comme l’un des plus difficiles par 3 du championnat majeur, une déclaration surprenante à seulement 123 mètres. Des noms comme Woods, Norman et Hagen ont tous fait face à ce petit test et ont perdu, mais personne ne connaît mieux les maux de tête sablonneux que le huitième fournit mieux que les amateurs allemands Herman Tissies. Il lui a fallu cinq tirs juste pour sortir des bunkers lors de l’Open de 1950.

But: 15.

T-7. Billy Casper



Gene Littler et coll. assis devant une foule


© Fourni par Golfweek


(Photo par Augusta National / Getty Images)

Tournoi: Tournoi des Maîtres 2005, Augusta National GC.

Trou: 16.

Le golf peut être cruel. Billy Casper (photo, pull rouge) a remporté le Masters en 1970, ce qui lui a permis de participer à vie au tournoi. Des années plus tard, en 2005, Casper l’a fait sur le légendaire 16ème trou par-3, et ce qui a suivi a été un cauchemar qui restera dans les livres d’histoire comme le score le plus élevé jamais enregistré au Masters. Cinq coups de feu dans l’eau n’étaient que le début de son infamie.

But: 14.

T-7. John Daly



un homme qui se tient dans l'herbe


© Fourni par Golfweek


John Daly sort du sable au 17e trou lors du premier tour de l’US Open 2000 à Pebble Beach. Photo de George Frey / AFP via Getty Images

Tournoi: 2000 U.S.Open, Pebble Beach GL.

Trou: 18.

John Daly fait sa deuxième apparition sur cette liste, cette fois depuis le légendaire par-5 18e à Pebble Beach. Le finisseur du premier tour de Daly était à oublier, un voyage complet qui comprenait trois coups de feu dans l’océan Pacifique et un dans la cour de quelqu’un. Big John a finalement frappé son putt – puis s’est retiré du tournoi.

But: 14.

T-7. Ed Dougherty



une île rocheuse au milieu d'un plan d'eau


© Fourni par Golfweek


Parcours de golf de Cypress Point

Tournoi: 1990 AT&T Pebble Beach National Pro-Am, Cypress Point GC.

Trou: 17.

Que Bing Crosby accueille l’événement ou non, le Pebble Beach National Pro-Am a été un monstre moyen à travers l’histoire. L’expérience déplorable d’Ed Dougherty dans le tournoi est également intéressante. Contrairement à d’autres, il n’avait pas vraiment de problème pour atteindre le vert. Il était sur trois au 17e par-4. Mais les vents de plus de 40 mph ont rendu le putting presque impossible, et Daugherty en avait besoin de 11. Oui, 11 putts.

But: 14.

T-7. Ron Letellier





© Fourni par Golfweek


Photo de Stephen Lew / USA TODAY Sports

Tournoi: 1964 Greater New Orleans Open, Lakewood CC.

Trou: 14.

Avant que le tournoi ne bouge et que les droits de dénomination ne changent (maintenant le Zurich Classic de la Nouvelle-Orléans), le site du Greater New Orleans Open était au Lakewood CC – et apparemment, le parcours ne nécessitait aucune faune pour être considéré comme dangereux. Il n’a fallu que trois ans à l’existence du cours pour qu’il devienne à jamais célèbre. Ron Letellier, dont la carrière a été écourtée par le cancer, l’a fait sur le long 16e par-4 en 1964, et ce fut la fin des choses qui se passaient bien.

But: 14.

T-7. D. Murdoch



un immeuble avec un terrain gazonné


© Fourni par Golfweek


Une vue du clubhouse de Prestwick, en regardant le 15e tee.

Tournoi: British Open de 1925, Prestwick.

Trou: 1.

Il n’y a pas une tonne d’informations ni même de bavardages au 19e trou entourant le premier trou désastreux de D. Murdoch lors de l’Open de 1925 à Prestwick. Son nom apparaît maintenant chaque fois qu’un autre golfeur met un numéro de travers, et c’est à peu près tout. Son 14 est à égalité pour le deuxième score le plus élevé jamais enregistré à l’Open britannique.

But: 15.

T-7. David Duval



un homme tenant une pancarte


© Fourni par Golfweek


Photo de Steve Flynn / USA TODAY Sports

Tournoi: British Open 2019, Royal Portrush.

Trou: 7.

Tout comme Billy Casper, le golf a accueilli avec enthousiasme l’entrée de Duval au British Open. Le champion de l’Open 2001 est arrivé au septième par-5 en assez bonne forme. Mais le trou s’est rapidement transformé en un assortiment de coups de départ errants, jouant la mauvaise balle, et oui, un score mal calculé: il était initialement marqué d’un 13, mais Duval a constaté plus tard que c’était encore pire.

But: 14.

T-8. Ben Crenshaw



une personne balançant un club de golf


© Fourni par Golfweek


Photo de David Cannon / Getty Images

Tournoi: 1994 Bob Hope Chrysler Classic, PGA West (Palmer).

Trou: 18.

Parfois, même les plus grands golfeurs peuvent avoir un trou vraiment, vraiment mauvais. Ben Crenshaw est venu lors de la Bob Hope Chrysler Classic 1994. Le Temple de la renommée a eu quelques problèmes avec le dogleg gauche par-5 18e. Bien que sa conduite ait trouvé le fairway, les plusieurs coups suivants sont allés nager. Après trois coups de feu consécutifs atterrissant dans l’eau, Crenshaw réussit dans le trou.

But: 13.

T-8. John Daly



John Daly portant un chapeau rouge


© Fourni par Golfweek
John Daly

John Daly

Tournoi: 2011 John Deere Classic, TPC Deere Run,

Trou: 4,

Et encore une autre apparition sur cette liste pour Daly. Le Shot Tracker du PGA Tour sur son quatrième trou ne rend pas justice à cette escapade. Daly, qui fait la troisième apparition sur cette liste, n’a pas bien réussi du tee-box au vert. Son entraînement a navigué à droite, dans un rugueux épais d’où il a dû prendre plusieurs coups juste pour arriver à un mensonge décent et jouable. Après avoir frappé dans un bunker vert, il a réussi à couler un long putt pour mettre fin au plaisir.

But: 13.

T-8. Charlie Wi



Charlie Wi balançant un club de golf


© Fourni par Golfweek


Charlie Wi a affiché un 66 lors du premier tour de l’Arnold Palmer Invitational.

Tournoi: 2012 Transitions Championship, Innisbrook GC (Copperhead).

Trou: 5.

Charlie Wi a surpassé les 12 de Sergio Garcia lors du tournoi précédent (Doral) en 2012, dans ce qui s’est avéré être un voyage ardu à travers la forêt – mieux connu sous le nom de la limite des arbres au cinquième par 5. Wi a frappé ces arbres, a frappé ces arbres et a répété le processus, sur son chemin pour faire cette liste.

But: 13.

PLUS:

Patrick Reed aborde le bruit extérieur et tente de «s’améliorer chaque jour sur et en dehors du parcours de golf»

Championnat WGC-Mexique: heures de départ de la ronde 3, infos TV

Bryson DeChambeau parmi les 4 avec 9 birdies alors qu’il prend la tête au Mexique

Masters: 82 ans de gagnants de Masters et de souvenirs

Open de Porto Rico: Viktor Hovland parmi les quatre à égalité en tête après 36 trous