Doug Sanders, qui a battu Arnold Palmer en 1966, Bob Hope, était un personnage de tous les temps de la tournée


Un grand sourire traversa le visage de Doug Sanders et une lueur jaillit dans ses yeux quand il parla de la Bob Hope Classic de 1966.

“Sanders 2, Palmer”, dirait Sanders. “C’est ce que disent les gros titres.”

Sanders était ravi de raconter comment il avait battu Arnold Palmer en séries éliminatoires lors de ce tournoi de 1966, en réussissant un birdie au premier trou des séries éliminatoires, le 15e par-3, et en éliminant Palmer. Palmer avait raté le green et avait tenté de mettre en place un putt parité qu’il n’avait jamais eu la chance de réaliser.

Pour tout le grand jeu de Palmer dans l’événement Bob Hope dans les années 1960, et pour tout le grand jeu de Billy Casper dans le désert de cette décennie, Sanders était là avec les deux Hall of Famers dans la première décennie de ce qui est maintenant le tournoi de golf American Express. Sanders, qui est décédé dimanche à 86 ans, a réussi à battre Palmer et Casper au cours de la décennie.

Plus: Réponses à vos questions sur les raisons pour lesquelles les terrains de golf du comté ont été fermés en raison d’un coronavirus

Plus: L’artiste écossais Graeme Baxter revient aux racines américaines avec la peinture d’Avondale Golf Club

Palmer a remporté trois fois et perdu un quatrième dans la décennie en séries éliminatoires avec Sanders. Casper a remporté deux fois, en 1965 et 1969. Mais Sanders a eu la seule victoire sur Palmer et deux deuxièmes places dans le Hope au cours de la décennie, dont une deuxième place en tant que champion en titre en 1967.

Un playboy et un golfeur de haut niveau

Mais bien jouer dans le tournoi n’était qu’une partie de l’histoire de Sanders. Né en Géorgie mais Texan par choix, Sanders était l’un des grands personnages du PGA Tour. Il n’a jamais reculé devant un verre ou une jolie femme ou un bon moment, et souvent ces bons moments comprenaient des célébrités, le genre avec lequel il se côtoyait au Hope année après année. Sanders était ami avec des personnalités aussi grandes que Frank Sinatra et le président George H.W. Buisson.

Il était également un paon, la couleur coordonnant ses tenues un jour donné, avec des chaussures, des pantalons, des chemises et des chandails de la même couleur. Un jour, ce serait le violet, le rouge suivant, le jaune suivant.

En 2000, alors que Sanders était bien passé en tant que joueur de compétition mais jouait toujours dans l’espoir sur l’exemption à vie qu’il a méritée à l’événement avec la victoire de 1966, Sanders est venu dire bonjour en jouant au cinquième trou. Il était en vert ce jour-là et j’ai demandé si ses chaussettes étaient vertes. Il attacha son pantalon pour montrer une nuance parfaite de chaussettes vertes et commença à s’éloigner. Puis il s’est arrêté, s’est retourné, a baissé la ceinture de son pantalon et a dit: “Mes sous-vêtements sont verts aussi.” Il rit et s’éloigna pour continuer sa tournée.

Mais pour toutes les tenues, les nuits tardives, les boissons et les célébrités, Sanders pouvait jouer. La victoire de Hope en 1966 était la 15e des 20 victoires sur le circuit de la PGA pour Sanders, un grand putter dont le swing comportait un backswing court et rapide qui produisait de magnifiques tirs. Considérez que ces 20 victoires correspondent aux victoires en carrière de Hale Irwin, Greg Norman et Dustin Johnson. Bien sûr, les 20 victoires de Sanders ne comprennent pas de majeur. Il avait 13 top-10 dans les tournois majeurs, dont un top 10 dans les quatre tournois majeurs en 1966.

Pas de majors, mais beaucoup de plaisir

Son pinceau le plus célèbre avec une victoire majeure a été l’Open britannique de 1970, quand il a raté un putt de deux pieds sur le 18e trou à Old Course à St. Andrews qui aurait remporté le titre. Au lieu de cela, il est allé en séries éliminatoires avec Jack Nicklaus, qui a remporté son deuxième British Open. À la mode typique de Sanders, il dira pour le reste de sa vie qu’il n’a presque jamais pensé à la chance manquée au British Open. En fait, dit Sanders, il pouvait parfois passer cinq minutes entières sans y penser.

L’une des meilleures histoires de Sanders – du moins celles qu’il pouvait raconter en compagnie polie – est venue du tournoi Bob Hope de 1970. Jouant avec le vice-président Spiro Agnew, Sanders était dans son élément dans un jumelage de haut niveau lors de l’une des plus grandes fêtes de la tournée. Mais au premier trou du La Quinta Country Club, Agnew a essayé de faire un 3-bois sur une piste de charrette à gauche du fairway. Sanders, discutant sans aucun doute avec les filles de Hope du côté droit du fairway, n’a jamais vu la roquette tirée d’Agnew directement à l’arrière de la tête de Sanders.

Décalé et avec sa tête qui saignait, Sanders a accepté les excuses d’Agnew, et les deux sont devenus rapidement des amis. L’année suivante, avec le même jumelage au premier tour, Sanders s’est présenté sur le premier tee dans un casque argenté, pour le plus grand plaisir d’Agnew et de la foule.

C’était Sanders. Ne laissez jamais passer un bon moment ou un bon rire.

Larry Bohannan est l’écrivain de golf du Desert Sun. Il peut être joint au (760) 778-4633 ou larry.bohannan@desertsun.com. Suivez-le sur Facebook ou sur Twitter à Sun. @ Larry_Bohannan. Soutenez le journalisme local: abonnez-vous au Desert Sun.